Les actus

- Concertation, Divers, Jeunesse

Les jeunes sont prêts à faire bouger la ville !

"Investissez-vous, critiquez-nous, et proposez ! Prenez toute votre place ! Nous comptons sur vous !" C'est avec ces mots que David Samzun, maire de Saint-Nazaire a accueilli les jeunes qui vont désormais siéger au sein du nouveau Conseil nazairien de la Jeunesse.

Samedi, à 18h, la salle du conseil était pleine. Autour de la table, que des jeunes Nazairiennes et Nazairiens, tous âgés de moins de 25 ans, qui, quelques minutes plus tôt, sur le parvis de l'Hôtel de Ville, venaient de confirmer leur engagement pour faire partie du nouveau Conseil Nazairien de la Jeunesse? "Un nom qui devrait cependant être remplacé par celui, moins institutionnel et semblant déjà faire l'adhésion, de "Jeunes en Ville", a précisé Yvon Renévot, adjoint à la jeunesse.

 


"Investissez-vous, critiquez-nous, et proposez ! Prenez toute votre place !", David Samzun maire de Saint-Nazaire. C'est en effet sous cette appellation qu'une concertation a été lancée il y a un an, mobilisant 500 jeunes pour connaître leur avis et leurs attentes autour de 3 points : leur regard sur la cité, la création d'un lieu dans le centre-ville, et la mise en place de ce Conseil. 

"Après une Agora Jeunesse et des Assises de la Jeunesse, cette instance est donc désormais une réalité, qui, selon vos propres préconisations, se veut ouverte à tous et souple dans ses modes et ses durées d'engagement", a poursuivi Yvon Renévot. 

Quant aux jeunes eux-mêmes, ils ont bien l'intention de saisir cette opportunité pour faire entendre leur voix, autour d'un même mot d'ordre : faire bouger la ville ! La parole aux intéressés : 

"Comprendre nos besoins"


Nathalie Mendes, 19 ans, étudiante en langues & Ornella Umuhire, 18 ans, lycéenne

"Ce Conseil est intéressant pour les jeunes?Comme pour tous les habitants ! Il peut en effet permettre aux autres générations d'entendre et de comprendre quels sont nos besoins. Aujourd'hui, il nous faut un lieu, une structure qui nous rassemble tous car chacun est un peu dans son coin, dans son quartier. Il faut simplement qu'on nous écoute et qu'on nous accompagne, à l'image des éducateurs qui nous font déjà confiance et nous aident dans nos projets personnels. C'est d'autant plus important pour des jeunes comme nous qui sommes arrivées à Saint-Nazaire et en France il y a 15 ans et 2 ans. Dans ces cas-là, nous avons aussi besoin d'aide pour les devoirs, pour apprendre la langue, pour avoir des renseignements, des papiers? Sans avoir à aller à Nantes ! C'est aussi tout ça qui permettra de motiver les plus petits plus tard." 

"Un peu de pêche"



Franck Lamboley, 22 ans, en formation et Nicolas Lambert, 22 ans, poissonnier

"J'ai connu la ville plus active que ça. J'ai l'impression que quand j'avais une dizaine d'années, il y avait plus d'animations et d'activités pour les jeunes. Mais là, ça commence à retomber. C'est pourquoi j'ai envie de faire bouger les choses, pour redonner une peu de pêche à Saint-Nazaire. Du coup, quand les animateurs de la maison de quartier de Méan-Penhoët ont parlé de ce Conseil des Jeunes, ça m'a donné envie de m'investir. J'espère vraiment qu'il va permettre de refaire vivre Saint-Nazaire car j'aime bien ma ville." 

"Réaliser nos idées"

"Saint-Nazaire est une ville industrielle et étudiante. Mais pour les jeunes, il n'y a que le Ruban Bleu et le remblai pour se retrouver. Il faudrait imaginer des lieux qui proposent des activités culturelles et de loisirs. OK des efforts ont été faits avec le Skatepark, le nouveau remblai et ses petits bars? Mais ça n'a rien à voir avec Nantes par exemple. C'est pourquoi les inititatives comme "Jeunes en Ville" sont intéressants pour trouver des idées et les réaliser. Surtout qu'avant, ça bougeait un peu plus : il y avait plus de monde dans les maisons de quartier, plus d'événements. Du coup, ça m'a fait bizarre de revenir ici après mes 2 ans d'études à Redon. Le Conseil peut vraiment permettre de changer les choses dans le bon sens."

"Davantage de lieux"



Sheherazade Kocheida, 20 ans, en formation

"Ce projet m'intéresse beaucoup car la ville manque de dynamisme par rapport à la jeunesse. Il n'y a pas assez de bars. À 18 h, il n'y a plus grand-chose dans les rues. On s'ennuie. J'en ai marre d'aller à Pornichet et La Baule alors que Saint-Nazaire est une jolie ville, avec une belle plage, mais qui reste une station balnéaire trop calme à mon goût. J'ai quitté Toulouse pour m'y installer il y a an et demi car je connaissais La Baule mais que c'était trop cher pour moi. En plus des maisons de quartier, il y a pourtant moyen d'ouvrir davantage de lieux ? autres que les magasins ! ? pour se rencontrer, quel que soit son âge. Et je veux faire partir de ces jeunes qui feront bouger la ville !"